Des gênets sur l'herbe et profiterole en robe des champs...et un petit jeu en bonus

Publié le par Nathalie R.

Dimanche dernier a été un jour particulier : ma premiere rencontre réelle avec la blogsphère culinaire orchestrée par Dorian que nous ne remercierons jamais assez tant ce pique-nique fut savoureux ,délectable même. Culinairement bien sûr mais humainement encore plus.

Jusqu'à la dernière minute y compris dans le parc même ma timidité (si,si) luttait avec ma curiosité et je suis fort aise que ma curiosité en soit sortie gagnante.
En plus je me figurai que je venais avec des handicaps j'arrivai à presque 14 heures (ben oui difficile de commencer un dimanche avant midi et ajouter à ça le temps de confection de ma contribution,de sa cuisson et du transport) avec des profiteroles salées. Tous ces doutes furent balayés par la gentillesse avec laquelle je fus reçue, le cercle s'élargit et on me suggéra de piocher dans des tonnes de merveilles étalées sur l'herbe (vous en avez un aperçu ici). Merci à Clémence et Mélanie qui m'ont  si gentillement accueillie. Plus tard, je fis aussi la connaissance de Diane et son inséparable Nono.

Je serais intarissable si je m'écoutais, je m'extasierais sans fin sur les recettes, la générosité, le partage. Même que je suis repartie grâce au troc organisé par Diane avc un livre sur les mille feuilles dont  il sera question ici.

Mais comme je n'aime pas m'apesantir dans la béatitude, je vais partager avec vous le drame que je vécus juste avant d'aller retrouver les pique-niqueurs bloggeurs
12h20 : cinq minutes après avoir ouvert les yeux je tire la porte de mon frigo pour me mettre à l'ouvrage et préparer des profiteroles salées. Tension palpable dans l'atmosphère style l'épisode le plus éprouvant de Jack Bauer. Et là c'est le gouffre, le néant, un cri de désespoir échappé de ma gorge fait trembler jusqu'à la pâte à pistache au fin fond du frigo et manque de craqueler les coquilles d'oeuf. Plus un seul morceau -non de mouche ou de vermiceau, je cherchais à faire l'originale dans ma recette mais avec certaines limites) mais de beurre. Forcément la veille j'avais préparé une tarte au riz (si,si) en faisant de la pate façon spéculoos, et le spéculoos ça vous engloutit sa plaquette sans demander son reste.
Je suais déjà à grosses gouttes me voyant coincée dans la queue interminable dominico-matinale du Daily Monop qui ne manque de rien mais que jusqu'à 13 heures (d'ou affluence entre 12h et 13h) et arrivant au pique-nique une fois toutes les troupes dispersées.
Puis je me suis reprise me dis que finalement 10 ou 20 cl d'huile d'olive remplaçerait le beurre. Puis je me suis reprise encore il y avait forcément mieux à faire comme substitut plus inventif, plus inspiré. J'accordais à mon frigo une seconde chance et là révélation un pot de tomates sèchées m'apparut.
Quelques secondes de mixeur pour 7 ou 8 d'entre elles lègèrement arrosées de l'huile du bocal et je me retrouvai avec du beurre de tomates séchées prête à me lancer dans la confection des profiterolles.

Alors la dernière que j'ai sauvée pour la photo n'était pas la plus belle de toutes...mais je laisse votre imagination rétablir la vérité.

Et maintenant que je connais un tout petit mieux la blosphère je lance un petit jeu
"quand y en a plus y a autre chose".
Partagez avec nous les substituts que vous avez opérés faute d'avoir les ingrédients stipulés dans la recette (ou parce que vous n'aimez pas les ingédients en question ou que par principe familial vous boycottez tout ce qui vient du Gard).

Je cherche 2 ou 3 volontaires (j'ose pas demander de moi-même)  jurés pour départager les substituts. L'inventeur (inventrice) du substitut le plus inspiré recevra un bocal de tomates séchées en provenance d'une épicerie italienne à côté de mon boulot assorti d'un petit cadeau surprise.
Et comme je sais qu'il y en a plein en vacances je déclare le jeu ouvert pour 2 mois soit jusqu'au 12 septembre.

Comme pour les autres jeux, postez en commentaire un lien vers la recette sur votre blog et si vous n'avez pas de blog envoyez-moi texte et photo, je les mettrai en ligne.

Ah et pour ceux qui seraient arrivés jusque là

La recette des profiteroles salées au beure de tomates séchées parsemées de graines de pavot


J'ai suivi la recette trouvée là

http://www.marmiton.org/pratique/ateliers_marmiton_recette_pate_a_choux.cfm



1/4 de litre d’eau
- 1/2 cuillère à café de sel
- 1 cuillerée à soupe de sucre
- 75 g de beurre (donc du beurre de tomates séchées pour ma part)
- 150 g de farine
- 4 oeufs
_- des graines de pavot (ajout personnel)

Mettre dans une casserole l’eau, le sucre, le beurre coupé en petits morceaux, le sel. dés que l'eau bout et que le beurre est fondu, enlever du feu, verser d'un seul coup la farine et remuer vigoureusement. Continuer à remuer jusqu'à ce la pate forme une boule et se détache des parois de la casserole. A ce stade retirer du feu et ajouter les graines de pavot et les oeufs un à un.


Une fois les oeufs bien intégrés, répartir la pate en petits tas sur un tapis de cuisson ou équivalent.
Enfourner à 200°C.
Et éteindre une fois que les choux sont dorés et gonflés, pressée de rejoindre le pique-nique je ne leur avais accordé que 20 minutes et 5 minutes de plus auraient sans doute été les bienvenues.

Sortez-les du four, coupez-les en deux et fourrez-les avec la garniture de votre choix (tapenade du commerce ben oui la honte, pour moi ce jour-là).

Je vais les retenter un jour où le chronomètre ne jouera pas en ma défaveur.
Pour pouvoir en croquer quelques-uns en dégustant des yeux vos participations au
"quand y en a plus y a autre chose".

Commenter cet article

Diane 17/07/2008 20:15

oh ben moi aussi comme ça on se marrera bien ! et puis cuisine quasi sans sel et sans gras oblige (régime petit coeur malade) les substituts c'est mon rayon!!!!!

Clémence 12/07/2008 15:11

moi je veux bien faire partie du jury... Comme je ne suis que très rarement des recettes : tout est substitut à tout : merguez plutôt que jambon, surimi plutôt que crevettes... Pour la virée chez Tang, ce serait en fait plutôt le week-end vu que tu n'es pas la seule à être occupée la journée : le 31 août par exemple (la veille de ma rentrée ;-).