Sapristi une sarabande de sacristains contre l'hypocrisie

Publié le par Nathalie R.

Une pièce montée (pas la pâtisserie incontournable des mariages, communions et baptèmes même si ce post est inscrit dans un registre lié à la religion, il est surtout orienté vers le théâtre) par Stéphane Braunschweig a depuis une douzaine d'années la faculté de me tenter. Et comme je suis faible face à la tentation, j'ai couru voir son Tartuffe à l'Odéon. Où en plus je l'avais découvert subjuguée par son Franziska voilà douze ans de ça...
Et celui qui vient de quitter le théâtre du TNS (un des décors principaux du film Dans la ville de Sylvia, cf mon post précédent) pour gravir progressivement la colline (et diriger le théâtre du même nom dans deux ans) se montre avec ce Tartuffe au sommet de son art.
Le décor évolue grâce à des mécanismes, une des marques de fabrique de Braunschweig qui ouvre des trappes, varie les perspectives en jouant avec les hauteurs et les volumes. Ici c'est la maison
d'Orgon qui s'enfonce de degré en degré dans les terribles manigances du faux dévot Tartuffe.  Le dynamisme de Dorine et la fougue de Damis contrastent à merveille avec l'apathie fataliste d'Orgon. Malgré le drame qui se noue, une grande place est laissée à l'humour et ce fut un bonheur supplémentaire que d'entendre les collégiens rire à ces répliques qui font mouche.
Un DVD de la pièce enregistrée lorsqu'elle fut montée au TNS en juin dernier est disponible, je ne saurais que trop le recommander à ceux qui ne peuvent savourer le spectacle "en direct".

Comme recette à associer à cette recommandation théâtrale, j'ai beaucoup hésité. Un plat intégrant de la tartufade (ou tartufata, préparation italienne à base de cèpes, de truffes et d’ huile d’olive) eut été parfait mais je n'en ai pas trouvé à temps. J'ai imaginé beaucoup de tartruffes avant de m'éloigner du mauvais jeu de mot et d'opter pour des sacristains en toute simplicité. Et me suis inspirée de cette recette
http://www.epicurien.be/blog/recettes/desserts/patisseries/sacristains-amandes.asp

Spéciale dédicace à Diane de ce post qui m'a recommandé la pâte feuillettée d'un célèbre marchand de surgelés (et qui fait aujourd'hui des merveilles de gourmandise et de légereté avec la pâte filo).

Pour façonner des sacristains, vous aurez besoin
D'un rouleau de pâte feuilletée  (de 250g de pâte feuilletée maison et je vous tire mon chapeau)
De 100g d'amandes effilées ou hachées
100g de sucre en poudre
2 jaunes d'oeuf (un pu juste en fait)
Et d'un four préchauffé à 200°C

Une fois tout cela réuni c'est simplissime
Badigeonnez la pâte de jaune d'oeuf
Recouvrir avec les amandes puis le sucre
Appuyez (j'ai fait ça à la fourchette) pour que sucre et amande adhèrent bien à la pâte.
Retournez la pâte et recommencez la même opération sur l'autre face
Découpez la pâte en bande de 3 cm de largeur puis torsadez les petites bandes obtenues
Alignez les sur un tapis de silicone ou une feuille de papier sulfurisé puis enfournez-les et surveillez avant que ça ne noircisse.

Une fois les sacristains refroidis, livrez-vous au pêché de gourmandise ou si vous êtes en période de repentance ou de pénitence, jouez au Mikado avec.


Publié dans Planches brûlantes

Commenter cet article

Diane 10/10/2008 11:14

merci pour le clin d'oeil, sacristi! ils me plaisent joliment tes petits biscuits. L aprochaine fois on se fera un tea time à la maison!