Des macarons presque comme dans les palaces mais sans douiller…

Publié le par Nathalie R.

La nouvelle trouvaille marketing du Meurice a titillé à la fois ma curiosité et mon mauvais esprit.

En effet, dans le restaurant de ce palace parisien, les gourmandes fortunées peuvent déguster un macaron détox mis au point par Camille Lesecq. A ce stade, celles qui parcourent ce blog depuis leur Iphone tout en suant sur les appareils de leur salle de sport courent se rhabiller, résilient leur abonnement dans la dite salle et courent au Dali. Pour s’empiffrer de macarons tout en purifiant leur organisme.

Pas si vite...en plus du thé vert et du pamplemousse, certes bénéfiques pour votre enveloppe et masse corporelle ces mignardises infernales contiennent tout de même du sucre, de la poudre d’amandes et du chocolat.

Et puis d'ailleurs, chez ces gens-là, on ne s'empiffre pas Madame, on ne s'empiffre pas, on mange du bout des doigts...

Quand bien même, me dis-je du fin fond de mon fauteuil, le concept mérite une dégustation. Je cogitai longuement sur la façon de faire rentrer cet écart somptuaire dans mon budget afin de croquer cette oxymorique délicatesse .

A force de calcul, ma raison en avait presque fini par me convaincre que finalement en ajoutant des baies de goji dans mon plat de macaronis, au-dessus de la crème fraîche et de l’emmental rapé, je le métamorphoserai en gratin détox quand soudain le dieu des foodistas fauchées entendit mon désarroi et publia sur un site professionnel LA recette des fameux macarons détox.

N’écoutant que mon courage, mon caprice et les conseils de Mercotte


Au premier jour, je séparai blanc et jaunes

Au quatrième jour, je ressortai les blancs du frigo pour les mettre à température ambiante

Au cinquième, je macaronnai et renonçai à utiliser la douille (mon ruban ne devait pas être suffisamment fluide, il refusait de sortir par la bonne extrémité de la douille) et façonnai donc à la cuillère à café puis ganachai.

Au sixième jour, je laissai poser dans le frigidaire.

Et au 7e jour l’extase…

 

Pour cette incursion gustative dans le monde merveilleux du luxe où la gourmandise est purification, rassemblez le nécessaire du kit de la macaronneuse (balance indispensable et c'est la reine du pifomètre qui l'écrit, dans le macaron, sans mesure point de salut) et suivez les 3 étapes (le macaron c'est le triomphe du cartésianisme en cuisine)


 

Thèse de la coque

 

125 g de poudre d’amandes à torréfier au préalable
200 g de sucre glace
105 g de blancs d’œufs (quand je vous disais que l'utilisation d'une balance était indispensable...pour l'anecdote ayant tellement peu l'habitude de recourir à cet instrument, j'ai réalisé après en avoir soigneusement pesé le contenu que mon paquet de poudre d'amandes affichait 125g)
40 g de sucre semoule
5 g de thé vert en poudre ( j'avais un mélange du palais des thés aux agrumes donc en accord avec le projet)

Préchauffez le four à 160°C
Passez au couteau d'un robot la poudre d'amande torréfiée et refroidie avec le sucre glace puis tamiser le "tant pour tant" (oui c'est une recette technique;-) ainsi obtenu puis ajouter le thé, les 5g de blanc restant
Montez les 100g de blancs  en neige en incorporant le sucre semoule en plusieurs fois dès que les blancs commencent à prendre. Stopper la manoeuvre (et donc le fouet) au moment où se forment les becs d'oiseaux.
Macaronnez les deux  : à la maryse incorporez le mélange sec aux blancs d'oeuf  en travaillant de bas en haut jusqu'à obtenir un ruban.
N'étant arrivé à rien avec ma douille, ma pâte refusait de passer par l'embout, j'ai dressé à la petite cuillère des cercles sur le tapis en silicone posé sur la plaque du four
Laissez cuire les coques entre 10 et 12 minutes (j'ai anxieusement surveillé la naissance de la collerette)

Si vous n'étes pas scotché devant votre four fermé à assister au miracle de la formation des macarons, profitez-en pour  entamer l'anti-thèse de la crème avec

350 g de crème liquide
175 g de jus de pamplemousse rose
1 gousse de vanille
3,5 feuilles de gélatine (hé ho on détoxe ou on détoxe pas ? j'ai remplacé par 3 g d'agar-agar)
350 g de chocolat blanc ivoire
1/2 pamplemousse rose zesté


Faites
bouillir le jus de pamplemousse rose, la crème liquide, les grains de la gousse fendu et grattée avec l'agar-agar (pour les puristes les autres comme dans la recette que j'ai trouvée rajouteront la gélatine préalablement dissoute puis essorée une fois l'ébullition du jus et crème vanillés effectuée).
Versez sur le chocolat blanc préalablement haché. Puis ajoutez-y le zeste du pamplemousse.

Avant la synthèse des deux, une nuit au frigidaire est recommandée pour la crème
Et autre étape subsidiaire : confire du pamplemousse

Pour ce faire, écorchez vif un pamplemousse, découpez l'écorce en touts petits cubes, cubes que vous blanchirez 7 fois (et sans vous laisser détourner de cette préparation par une pomme ensorcelée) pour faire disparaître l'amertume. Et à chaque fois il vous faudra jeter l'amertume avec l'eau du bain (que vous pouvez quand même récupérer dans une bassine on est jamais trop écolo) et reprendre la cuisson à eau froide.
Quand le pamplemousse sera devenu doux comme l'agneau qui vient de naître, remettez le sur le feu avec le sucre et déssechez le tout.
Les petits cubes qui n'ont pas été incorporés dans les macarons ont fini dans un gratin d'endives à l'orange et aux grains de coriandre mais ça c'est une autre histoire.

Le lendemain, synthétisez  (emprisonnez une cuillérée de crème surmontée de trois dés de pamplemousse confit entre deux coques) et dégustez

Sur les photos, vous voyez qu’un objet non identifié papillonna autour de mes macarons. Poussa même l’audace jusqu’à se poser dessus et poser pour la photo.

Il s’agit d’un magnifique collier acheté sur le salon Vivre autrement où je m’abstins soigneusement d’acquérir une de nombreuses potions magiques détox (plus besoin j’avais la formule des macarons) mais où j’ai craqué pour les créations réalisées à partir de chambre à air. Métamorphoser un objet aussi laid en ravissant sac à main ou en délicieux collier, c’est un beau défi.

 

Le nom du site devrait achever de convaincre quelques-uns ou quelques-unes d’entre vous d’aller découvrir ces accessoires qui portent haut l’art du recyclage.

Si vous cherchez une alternative au rang de perle pour votre prochaine dégustation au Dali…

http://www.friandise-creations.com


 

 

 

Je voulais vous laisser en excellente compagnie pour savourer quelques bouchées sonores de grande vie dans les palaces  mais Deezer m'a fait faux  bond. Je rebondis en vous renvoyant à http://www.musicme.com/Brigitte-Fontaine/albums/Les-Palaces-0724384510626.html

(Sélectionnez le morceau les Palaces)

 

 

Commenter cet article

MC 19/04/2009 14:11

Nathalie, tes macarons sont  délicieux, nous avons apprécié, mais  je ne me senspas capable de faire cette recette, il y a trop d'étapes à la réalisation.bravo et bises MC

sand 17/04/2009 22:19

humour et recette font très bon ménage, mais recette à suivre absolument. bises

papillon 17/04/2009 18:52

bienvenue dans ma communautée je fée tu fée il fée bisous colette

diane 17/04/2009 11:39

ils sont un peu comme tes macaronis ces macarons : très bon mais pas hyper détox !

mercotte 17/04/2009 03:59

baucop d'humour pour pimenter ta recette , c'est très sympa !! j'ai préparé un article à paraître je ne sais plus quand sur A table et compagnie pour présenter ce macaron détox et sa clé USB dont le prix est en accord avec le Meurice d'aillerus !