Le grain de sel qui fait déborder le désert

Publié le par Nathalie R.

Salina est arrivée auprès du clan Djimba  bébé hurlante et pantelante dans les bras d'un homme errant dont on ignore s'il était son père ou un simple passant qui l'avait recueillie. Comme ses pleurs cessent, le nourrisson est adopté par la communauté. Elle en adopte les coutumes jusqu'au jour où elle devient femme. Elle refuse d'épouser le fils aîné, brutal et impétueux, elle lui préfère son cadet qui partage ses jeux depuis sa tendre enfance. Mariée de force, elle frôle la délivrance quand un témoignage l'accable et la prive à jamais de la vie dont elle rêvait. Sa colère enfante le bras armé de sa revanche sur le clan tyrannique. Mais qu’est-ce qui pourrait racheter sa vie perdue ?

 

Le spectacle fidèle au texte de Gaudé d’un souffle épique impressionnant alterne la fureur et la douceur, baignées de sang et de sueur. Quelques moments de réconfort viennent rendre les épreuves de cette vie de femme rebelle encore plus cuisantes, éprouvantes.

La prestation des comédiens est à saluer, ils alternent avec bonheur mimiques outrancières du griot et attitudes des personnages des tragédies ou mythologies.

Même si Farid Paya a laissé une grande place aux gestes, à certaines chorégraphies, échos de danse ou de combat tribaux, dans lequel les forces en puissance s’apostrophent avant même de s’approcher tant le langage est l’arme première.

 

L’utilisation de l’eau, du sable et du mélange des deux dans la scénographie reflète la simplicité originelle des luttes fratricides et du combat entre le clan et l’individu. La présence d’un musicien qui joue de très nombreux instruments dépayse totalement le spectateur ballotté au gré de cette quête impossible entre rire et larmes puisqu’il en est ainsi que le sel de la vie a souvent le goût des larmes.

 

Au Théâtre du lierre
http://www.letheatredulierre.com/

La nouvelle création de la Compagnie du Lierre, mise en scène par Farid Paya. Texte Laurent Gaudé

Création et interprétation musicale : Marc Lauras

Avec : Aloual, Pascal Arbeille, Guillaume Caubel, Marion Denys, Rosaline Deslauriers, Sonia Erhard, Ariane Lagneau, Anthony Moreau.

Assistant mise en scène : Joseph Di Mora - Costumes et scénograpie de  Jean-Pierre Capeyron - Création lumière et construction des décors : Thierry Meulle - Conception et réalisation des coiffes : Yuki Yaoko - photographies : Agathe Poupeney.

 

mercredi, jeudi, vendredi, samedi à 19 h 30 - Dimanche à 15 h 30 suivi d'un débat

Publié dans Planches brûlantes

Commenter cet article