Le goût de la liberté et la gou-goutte à son chat

Publié le par Nathalie R.

Brassens 1 chatEn plus d'une enfance passée à Sète, d'un début de scolarité à Saint-Vincent, je me suis découvert, lors du vernissage de l'excellente exposition Brassens ou la liberté avant-hier soir un autre point commun avec Georges Brassens : un prof de français a beaucoup compté dans son parcours. Je dédie donc ce post au prof qui a en commun avec Brassens pipe, esprit frondeur et moustache et qui a su me dévoiler et me transmettre le plaisir de faire rire et de séduire par les mots, et grâce à qui le vent de liberté qui circule dans les livres souffle sur ma vie et m'aide à avancer...

 

La scénographie élaborée et très fouillée nous invite à pénetrer dans l'univers de Brassens comme on se risque à l'orée d'un bois mystérieux, d'abord avec prudence puis avec une forme d'ivresse suscitée par les pousses mystérieuses des sous-bois. Défilent son enfance puis ses mauvaises fréquentations à Sète et ces écarts de jeunesse qui lui valent "mauvaise réputation" lui servent à convaincre ses parents de le laisser partir à Paris...

Paris où il trouvera refuge dans une cour pavée du 14e arrondissement vitre transformée en arche-ménagerie. Entouré d'animaux, Brassens consolide aussi rapidement son embarcation de "copains d'abord" tout en se construisant une vaste culture littéraire. Une vidéo le montre en train d'insister sur l'importance de partager ses lectures, il achète ses livres préférés en 10 exemplaires pour les distribuer à ses amis.

On découvre aussi une collection de Bescherelle héritée de son grand-père et qu'il chérit au point de dire que tout Brassens est dans le Bescherelle.

De 5 à 8h du matin, Brassens écrit. Et malgré la reconnaissance affirme que postuler à l'Académie française serait contre ses principes.

Au sous-sol après le désopilant concours de Brassens (avec moustache obligatoire) lancé sur Internet, un vaste espace est consacré au coloriage et dessin pour les enfants et à l'écoute pour les plus grands.

La dernière salle permet de voir sur écran géant un concert que Brassens donna à Bobino. J'en ai encore des frisssons.

Je n'ai pas su résister en passant à la librairie : la Tour des Miracles roman surréaliste écrit par Brassens a été réédité en Librio.

La scénographie extrêmement léchée mais toujours fantaisiste et ludique (avec très élaboré lui aussi un parcours pour enfant) nous entraîne avec délectation dans une oeuvre et une vie riches et complexes. Une vraie bouffée de liberté.

 

C'est encore ce gâteau qui m'a servi de base mais avec deux substitutions : j'ai remplacé la carotte par du panais (et n'ai pas eu le coeur de sacrifier tout de suite le panais en forme de chat qui s'était glissé dans mon panier de l'AMAP) et la poudre d'amande par de la poudre de noisettes. Et ai rajouté sur le dessus des empreintes félines des éclats d'amande pour contraster avec le moelleux du gâteau.

 

J'ai fait une autre tentative en remplaçant le beurre par du panais en purée aditionné d'un bouchon d'huile d'amandes et d'un bouchon d'huile de noisettes mais c'était franchement moins convainquant...

 

Sachant que je vous prépare un post "pour l'amour de Gérard Philippe", vous pouvez considérer que le mois de mars sera ici rétro ou ne sera pas.

 

Brassens 2 chats bis

Brassens 2 chats

Publié dans Ivresse livresque

Commenter cet article

Laetitia 16/03/2011 12:57



Big up a ce super professeur de Français qui non seulement a su enseigner a ses jeunes disciples qu'ils avaient beaucoup a apprendre de Cyrano de Bergerac, mais qui a aussi su les alerter sur les
mefaits du bain au Paic Citron!


Gros bisous au passage!


 


Laetitia