Terrine et le pot aux roses (aux fraises plutôt) faussement scandinave

Publié le par Nathalie R.

A moitie pleine basse defC'est toujours étrange de se retrouver dans une soirée où dans l'assistance très peu de têtes nous sont connues. D'autant peu évident quand les têtes en question sont non pas couronnées (toujours pas fait mon bal des débutantes) mais plutôt familières les unes aux autres.

 

Mais la semaine dernière, j'ai trouvé sans la chercher une stratégie inédite pour cette situation : camper sur mes positions dans la cuisine sous divers prétextes (un smoothie à préparer, du pain à couper, du pain à tartiner de beurre aux algues, la vaisselle à faire au fur et à mesure pour éviter qu'elle ne s'entasse dans l'évier...).

 

 

Du coup de ce poste d'observation priviliégé, j'ai vu les autres convives défiler et j'ai pu échanger avec eux en toute tranquilité sans brouhaha ambiant.

Découvrir comment chacun d'entre eux avait rencontré notre hôte, en savoir un peu plus sur leur vie, leur famille...

Mais ces échanges en cuisine (sans dépendance) ont aussi été très humoristiques et complices.

Au fil des confidences sur mon passé, j'en suis venue à parler Scandinavie et c'est comme ça que ma toute bête terrine de fruits s'est soudain teintée d'imaginaire norvégien.

 

Ma terrine (qui en tenait 3 couches) a été rebaptisée "Fruchtaufraise" puis soumise aux gourmands et dévorée sans sommation.

Les photographes n'ont pu l'immortaliser intacte. Elodie l'a mitraillée alors que le plat était déjà à moitié vide ou plein (je te laisse choisir ton camp ami lecteur). Quant à Laurent, sans doute déçu de saisir ce dessert alors qu'il avait déjà été en grande partie consommé, il a tenté la carte du flou artistique (cf cliché en fin de billet).

 

Un dessert parfait après un repas copieux, pour l'été ou pour la phase précédant l'été de restriction de calories pour cause de retrécissement de maillot de bain laissé dans le placard. Cette terrine à 3 étages est en effet très légère, sans matière grasse ni sucre autre que celui naturellement présent dans les fruits

 

Pour réaliser cette terrine aux 3 couches anti-culpabilité, il faut se munir de

 

8 kiwis

6 morceaux de gingembre confit

200g de fraises rincées équeutées

2 cl. de sirop de gingembre Mon plaisir

3 c. à café d'agar agar

 

Pour la déco

1 ou 2 fraises coupées en lamelles

4 feuilles de menthe lavées

 

Pour la couche inférieure (après c'est une idée en kit, vous pouvez monter les couches dans un ordre différent selon vos envies, vos goûts et l'effet chromatique recherché)

Eplucher et mixer 4 kiwis, rajouter le gingembre confit émincé très fin.

Mettre dans une casserole sur feu doux. Une fois le contenu de la casserole à ébullition, rajouter une cuillère d'agar agar, laisser bouillir une minute puis retirer du feu et verser dans le plat à terrine (un tout bête plat à cake fait l'affaire).

 

Attendre que cette couche se fige un peu (moins d'un quart d'heure pour ma part) puis préparer la couche du milieu

 

Mixer les fraises, mettre les fraises mixées dans une casserole sur feu doux. Une fois le contenu de la casserole à ébullition, rajouter une cuillère d'agar agar, laisser bouillir une minute puis retirer du feu et verser dans le plat à terrine.

 

Attendre que cette couche se fige un peu (moins d'un quart d'heure pour ma part) puis préparer la couche ultime.

Eplucher et mixer les 4 kiwis restant, rajouter le sirop de gingembre.

Mettre dans une casserole sur feu doux. Une fois le contenu de la casserole à ébullition, rajouter une cuillère d'agar agar, laisser bouillir une minute puis retirer du feu et verser dans le plat à terrine. Avant que cette couche ultime se fige poser en enfonçant un peu les rondelles de fraises et les feuilles de menthe.

 

Pour l'anecdote, pour cette première tentative, deux couches ont été réalisées à Paris puis transportées jusqu'à Noisy-le-Grand où elles se sont vu surmontées de la troisième.

Pour rajouter un peu de surprise à la dégustation, j'ai saupoudré les tranches de sucre pétillant.

 

Conserver au frais quelques heures puis servir à vos convives en le baptisant par le 1er nom qui vous passe par la tête.

 

Sirop gingembre mon plaisirEt cette terrine est décidément celle de tous les voyages et de toutes les rencontres puisque le sirop utilisé a lui carrément traversé la France dans mes valises.

J'ai eu le plaisir de découvrir le sirop de gingembre lors de ma première visite dans une délicieuse boutique montpelliéraine

http://www.didaskali.com/

 

Conquise par le cocktail improvisé par Sandra (cidre brut et sirop de gingembre) je suis retournée le lendemain rechercher une fiole de sirop pour moi.

Et le lendemain encore, sur le marché des Paysans à Antigone j'ai eu l'encore plus grand plaisir de rencontrer Margaret Fitzgerald qui prépare ce sirop.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La preuve du succès du "Fruchtaufraise".

Je reviens très vite avec un dessert réalisé dans le même plat avec peut-être des vrais bouts de Norvège dedans pour vous parler de ce film à la fois succulent et sensible qu'est Une éducation norvégienne.

 

Petit bout flou

Publié dans OUCUPO

Commenter cet article

lebon pequery françoise 14/08/2012 17:42


Devant tant de succés on ne peut que s'incliner mais je retiens le sirop de gingembre que j'apprécie fortement! merci!